Loi

Vous consultez actuellement les archives pour le thème Loi.

Loi

« La solution ne peut venir du dehors, elle ne peut être, même à l’intérieur du monde de l’aliénation, extérieure à la loi unique qui gouverne ce monde. La solution n’est possible qu’à la condition de « jouer » sur la « manière d’être » de cette loi implacable. Elle ne peut consister qu’à reprendre en son origine cette loi-même, aliénation totale en « changeant sa manière d’être », sa modalité. » (Louis Althusser, « Sur le Contrat social », Les Cahiers pour l’analyse, L’Impensé de Jean-Jacques Rousseau, p. 17.)

La constatation que « tout tenoit radicalement à la politique » motive l’écriture Du Contrat social (Confessions, p. 404, p. 516); « Je ne vis plus qu’erreur et folie dans la doctrine de nos sages, qu’oppression et misére dans notre ordre social » motive sa propre réforme. (Confessions, p. 416.)

Notes associées : Bornes, Fête, Île, Maisons.


Comment une multitude aveugle, qui souvent ne sait ce qu’elle veut, parce qu’elle sait rarement ce qui lui est bon, exécuteroit-elle d’elle-même une entreprise aussi grande, aussi difficile qu’un sistême de législation? De lui-même le peuple veut toujours le bien, mais de lui-même il ne le voit pas toujours. La volonté générale est toujours droite, mais le jugement qui la guide n’est pas toujours éclairé. Il faut lui faire voir les objets tels qu’ils sont, quelquefois tels qu’ils doivent lui paroitre, lui montrer le bon chemin qu’elle cherche, la garantir de la séduction des volontés particulieres, rapprocher à ses yeux les lieux et les tems, balancer l’attrait des avantages présens et sensibles, par le danger des maux éloignés et cachés. Les particuliers voyent le bien qu’ils rejettent : le public veut le bien qu’il ne voit pas. Tous ont également besoin de guides : Il faut obliger les uns à conformer leurs volontés à leur raison; il faut apprendre à l’autre à connoitre ce qu’il veut.

Montmorency, 1761 — Genève, 14 mars 1998. Du Contrat social, Livre II, Chapitre VI

Mots clés :