1776, 24 octobre. Centre de secours Rousseau


Les cris de ma femme en me voyant me firent comprendre que j’étois plus maltraité que je ne pensois. Je passai la nuit sans connoitre encore et sentir mon mal. Voici ce que je sentis et trouvai le lendemain. J’avois là lévre supérieure fendue en dedans jusqu’au nés, en dehors la peau l’avoit mieux garantie et empéchoit la totale separation, quatre dents enfoncées à la machoire supérieure, toute la partie du visage qui la couvre extrémement enflée et meurtrie, le pouce droit foulé et très gros, le pouce gauche griévement blessé, le bras gauche foulé, le genou gauche aussi trés enflé et qu’une contusion forte et douloureuse empêchoit totalement de pliér. Mais avec tout ce fracas rien de brisé, pas même une dent, bonheur qui tient du prodige dans une chute comme celle-là. Voila très fidellement l’histoire de mon accident.

Paris, 24 octobre 1776 — Paris, 20 février 2000. Les Rêveries du promeneur solitaire, Deuxième Promenade

Mots clés :