charmant

Vous consultez actuellement les articles indexés charmant.


La danse fut suspendüe; ce ne furent qu’embrassemens, ris, santés, carresses. Il résulta de tout cela un attendrissement général que je ne saurois peindre, mais que dans l’allegresse universelle, on éprouve assés naturellement au milieu de tout ce qui nous est cher. Mon Pére, en m’embrassant, fut saisi d’un tressaillement que je crois sentir et partager encore. Jean-Jaques, me disoit-il, aime ton pays. Vois-tu ces bons Genevois; ils sont tous amis, ils sont tous fréres; la joye et la concorde régne au milieu d’eux. Tu es Génevois, tu verras un jour d’autres Peuples; mais, quand tu voyagerois autant que ton Pére, tu ne trouveras jamais leur pareil. On voulut recommencer la danse, il n’y eut plus moyen; on ne savoit plus ce qu’on faisoit; toutes les têtes étoient tournées d’une ivresse plus douce que celle du vin.

Genève, juin 1720, 1721 ou 1722 — Genève, 21 août 1997. Lettre à d’Alembert

Mots clés : , ,


C’est peut-être pour cela même que l’image de cette aimable femme est restée empreinte au fond de mon cœur en trais si charmans. Elle s’y est même embellie à mesure que j’ai mieux connu le monde et les femmes. Pour peu qu’elle eut eu d’expérience, elle s’y fut prise autrement pour animer un petit garçon : mais si son cœur étoit foible il étoit honnête ; elle cédoit involontairement au penchant qui l’entraînoit ; c’étoit selon toute apparence sa prémiére infidélité, et j’aurois peutêtre eu plus à faire à vaincre sa honte que la mienne. Sans en être venu là j’ai goûté près d’elle des douceurs inexprimables. Rien de tout ce qui m’a fait sentir la possession des femmes ne vaut les deux minutes que j’ai passées à ses pieds sans même oser toucher à sa robe.

Turin, juin 1728 — Paris, rue de Rivoli, 11 juin 1998. Les Confessions, p. 76.

Mots clés : , , , ,